Les blogs | Le blog télécoms de Xavier Studer

« Surfer à 3,6 Mbits/sec dans les rues | Accueil | Le Nokia N95 est arrivé »

Publié le 11 avril 2007 à 19:08 dans Wi-Max

Jetgeneve La couverture de Genève en wi-fi a fait couler beaucoup d'encre depuis la motion de Pierre Maudet et d'autres conseillers municipaux en septembre 2004. Un projet de motion visant à limiter cette couverture à quelques points sera débattu par le Conseil municipal (législatif) mercredi prochain.

En lançant cette idée, le radical Pierre Maudet souhaitait lancer la réflexion sur la couverture totale de Genève à l'image de ce qui s'est fait dans plusieurs villes américaines et japonaise, parfois en partenariat avec Google. Après de très longues démarches, la ville de Genève a rendu le 14 mars un rapport dont la conclusion irrite le jeune radical.

Voici ce projet de motion: "Le Conseil municipal invite le Conseil administratif à proposer un réseau sans fil dédié à la consultation d’internet et des courriels sur des sites choisis, ainsi des places et des jardins publics où se regroupent de nombreux utilisateurs potentiels."

Rapport croustillant
Pierre Maudet fulmine. Il va tout faire pour que la future motion parle d'une couverture globale et non seulement de quelques points de la ville. Le Conseiller municipal décrit aussi l'attitude conservatrice, voire passéiste de ses adversaires politiques. II souligne en passant que des sociétés privées auraient été prêtes à consentir aux investissements nécessaires...

Il est vrai que la lecture de ce rapport est parfois surprenante. En voici un autre extrait: "Un commissaire se demande quel est l’intérêt pour une société de développer une technologie gratuite. Eric Favre (directeur de la DSI) explique que l’intérêt des opérateurs est le développement des services annexes. Christian Ferrazino (conseiller administratif) ajoute que les idées ne manquent pas pour créer de faux besoins et asservir l’être humain du XXIe siècle à ces nouvelles technologies."

HSDPA et wi-max
Pendant ce temps, Swisscom vient de lancer son HSDPA à 3,6 Mbits/sec. Parallèlement, une société allemande est en train de décrocher une licence nationale wi-max, une sorte de wi-fi permettant aussi de téléphoner et plus facile d'installation. Cette technologie intéresse depuis toujours Swisswifi qui l'avait testée à Genève.

Et Swisswifi pourrait s'allier avec Inquam Broadband GmbH pour couvrir la région genevoise. Autre option, cette société pourrait aussi attendre que l'Office fédéral de la communication propose des licences régionales, un scénario attendu pour cet automne, mais qui n'est pas encore finalisé.

Le développement du wi-fi urbain risque donc de tomber au plus mauvais moment s'il se trouve en concurrence avec ces différentes technologies. D'autant plus que Swisswifi, qui s'intéressait à l'époque à déployer un réseau wi-fi semble désormais beaucoup plus enclin actuellement à poser des antennes wi-max, notamment pour des questions techniques...

Xavier Studer

TrackBacks

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451b69769e200d83464702a69e2

Liste des trackbacks de Genève a mal à son wi-fi et songe au wi-max:

» Wi-Fi ou Wi-Max pour la ville de Genève? from www.romanding.ch
La couverture de Genève en Wi-Fi a fait couler beaucoup d'encre depuis 2004. Parallèlement une société allemande est en train de décrocher une licence nationale pour le Wi-Max. Swisswifi, qui s'intéressait à l'époque à déployer un réseau Wi-Fi sur Genè... [Lire la suite]

Notifié le 14 avr 2007 10:38:14

Commentaires

"Christian Ferrazino (conseiller administratif) ajoute que les idées ne manquent pas pour créer de faux besoins et asservir l’être humain du XXIe siècle à ces nouvelles technologies."

C'est sûr que les toilettes publiques à 300'000 frs pièce, ca c'était un besoin fondamental de l'être humain!

Rédigé par : Georges | 12 avr 2007 09:48:51

Aujourd’hui mettre à disposition de l’ensemble de la collectivité sa connexion WiFi et garantir une sécurité optimale de son réseau domestique… C’est possible !

L’Esprit de Genève, en collaboration avec DFI Service, à réussi cet ingénieux pari de rendre la connexion à l’Internet sans fil « et, et » au lieu du « ou, ou ».

C’est par la séparation de la puissance de la bande passante en deux, une partie réservée au réseau domestique et crypté, l’autre partie est dirigée vers une nouvelle borne nommée « GEspot » en libre accès après que l’internaute se soit identifié.

GEspot est attaché tout particulièrement à assurer une sécurité optimale lors du partage de la connexion. Les membres du réseau GEspot www.gespot.ch sont assurés d’obtenir d’une séparation complète entre leurs trafics privés de ceux de leurs «invités».

GEspot poursuit l’ambition de déployer un important réseau de bornes d'accès en collaboration avec les acteurs de la région genevoise (cafés, magasins, associations et personnes) et ainsi partager avec les citoyens un accès libre à l’Internet sans fil (WiFi).

GESpot assure le référencement automatique de toutes les bornes en libre accès. Les consommateurs utilisant les accès WiFi, trouvent cette facilité dès qu’ils sont connectés à www.gespot.ch

Rédigé par : L'Esprit de Genève | 12 avr 2007 10:00:51

Concernant les nouvelles technologies, M. Ferrazino et une bonne partie de la gauche trahissent leurs électeurs.

Ils ont en effet été mandatés pour défendre des idées et des valeurs, comme la solidarité, le partage et le progrès.

Or, en l'espèce, l'attitude de rejet de Monsieur Ferrazino laissent l'initiative aux marchands et à ses adversaires qui sont loin de défendre les mêmes valeurs que lui.

Il serait temps de débattre de la technologie en terme politique: quelle est la solution qui profitera au plus grand nombre ? Quelle est la solution qui offrira la plus grande liberté aux utilisateurs ?

De plus, en laissant le champs libre aux marchands, on brade d'une certaine façon le service public, comme M. Maudet semble être prêt à le faire.

Sur ce sujet, la gauche devrait plutôt réfléchir à la valeur d'une telle infrastructure dans une ville internationale comme Genève. C'est inestimable et vital, comme un réseau électrique ou le réseau d'eau. La ville doit donc faire payer le juste prix à toute entreprise souhaitant exploiter un tel réseau et surtout elle doit exiger d'être propriétaire du réseau.

Rédigé par : Julien | 12 avr 2007 14:56:38

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos

La guerre entre les opérateurs de téléphonie et les câblo-opérateurs est des plus vives en Suisse. La télévision, le téléphone et internet sont de plus en plus étroitement liés. Les réseaux mobiles convergent avec le fixe. De nouveaux usages et de nouvelles technologies font leur apparition. Au travers de ce blog, le journaliste Xavier Studer traite des profondes mutations de l'univers telecom et multimédia helvétique.

> Suivre sur twitter

> Le blog de Xavier Studer

> TV, net, téléphone: la guerre des réseaux

> Flux RSS de ce blog

> L'émission Point Barre
sur Couleur 3


> Les podcasts audio
de Point Barre


> L'émission Nouvo

> Contact

Recherche sur ce blog



Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Catégories

Archives

Flux RSS