Les blogs | sport

Publié le 05 novembre 2010 à 17:34

Au Genève-Servette Hockey Club, comme dans tous les autres clubs, les victoires et les défaites s'enchaînent au gré des journées de championnat. Mais un rituel reste immuable aux Vernets: depuis 6 ans et la saison 2004-2005, John Gobbi rentre toujours le premier sur la glace. Pourquoi? La réponse du défenseur de 29 ans est limpide...

Publié le 05 novembre 2010 à 16:39

C'est désormais une habitude. Et parfois même une tradition. Lorsqu'un footballeur marque un but, son premier réflexe consiste souvent à enlever son maillot. Mais ce geste spontané est immédiatement sanctionné par un carton jaune. Alors pourquoi les joueurs expriment-ils leur joie de cette façon? Elément de réponse avec Tibert Pont, le joueur du Servette auteur de ce geste le 27 octobre 2010 contre Locarno au stade de Genève.

Publié le 30 avril 2008 à 19:11

Joël Grivel Swisstxt20080430_9038011_4
Bravo à Iglinsky le champion du Kazakstan mais aujourd’hui c’est surtout Michael Albasini qui mérite les honneurs, 3 hier, 2 aujourd’hui;la récompense est belle : revêtir le maillot de leader. En forme ces dernières semaines il avait renoncé a participer a Liège - Bastonne - Liege, prestigieuse classique pour mieux préparer ce tour de Romandie, il est bien au rendez-vous, chapeau.

Les conditions météos ont rendu la course difficile, mais quels paysages dans les Montagnes et la traversée des Gorges du Pichoux aura été un moment exceptionnel. J’aidécouvert cts Gorges en reconnaissance du parcours la semaine passée c’était déjà surprenant et aujourd’hui lors du direct les images aériennes étaient tout simplement majestueuse, c’est aussi l’un des rôles non négligeable d’une course à étape comme le tour de Romandie : apprécier ces régions traversées.

Daniel Atienza

Une vraie course de classique aujourd’hui : conditions difficiles, parcours pour hommes fort, un homme fort qui gagne en prenant tout les risques dans le dernier virage, passant a quitte ou double, c’est aussi cela le vélo et une équipe Rabobank très forte venue pour gagner ce tour de Romandie.

Publié le 30 avril 2008 à 07:31

Du soleil, un public radieux, un vrai champion comme vainqueur, vraiment un prologue idéal29042008484 dans un cadre superbe compensant parfaitement le manque de distance. Mais des efforts les coureurs en auront assez à fournir au fil des étapes de ce parcours très difficile.

A confirmer dès demain car suivant la météo, ce Morges-Saignelégier aura son comptant d’épopée qui fait encore et toujurs le charme du cyclisme.

Joël Grivel

Les Suisses dans le bon wagon

29042008481_2"Que" deux kilomètres mais un très beau spectacle tant pour le public que .pour le spécialiste

Pas de données particulières à ressortir pour estimer la forme ou non des favoris mais une très belles satisfaction des performances des Suisses, Albasini bien sûr mais aussi Elminger et Kohler.

Quant à Alex Moos, sans défaillance technique, il pouvait réaliser quelque chose…son tempérament lui permettra sans doute de s’illustrer à chaque occasion possible.

Daniel. Atienza

Publié le 25 mars 2008 à 11:55 dans Sports

De retour en suisse, sous la neige, les images et les contrastes se bousculent dans ma tête...hier à Sanremo, devant la plage et sous un soleil plus que radieux, Fabian Cancellara à réalisé un exploit hors norme, passant devant les très grands champions que sont Bettini, Rebellin et Freire.

Souvent en cyclisme les courses deviennent des épopées dans les conditions extrêmes de mauvais temps, de froid, de vent...hier c'était le contraire, le climat idéal, et le plaisir de voir dès le matin le long de la côte des centaines de cyclistes amateurs s'adonner à leur sport favori. Passionnés les Italiens mais aussi chanceux de pouvoir rouler dans de si bonnes conditions.

Du coup tout semblait joyeux sur la ligne d'arrivée, le cyclisme au plus haut niveau vit des heures, encore, difficiles, avec les luttes de pouvoir dans les différentes organisations, l'ombre du dopage reste, encore, collée aux roues des coureurs.

Mais le cyclisme est un sport magique quand au terme de 298 kilomètres un champion tel Fabian Cancellara lève les bras au ciel en signe de victoire ! Quel plaisir de commenter avec Richard Chassot un tel évènement... Un grand merci pour vos encouragements et à tout bientôt.

Joël grivel

 

Publié le 13 mars 2008 à 11:38

Kimi_rikknen La saison 2007 nous avait valu un dénouement pour le moins inattendu, l’exercice 2008 promet d’être tout aussi indécis ! Il y a bien sûr des favoris qui se dégagent, Kimi Raikkonen, le champion du monde en titre, Lewis Hamilton, Fernando Alonso, plus tous les outsiders qui pourraient venir de tems en temps jouer les trouble-fêtes.

Les Ferrari favorites

S’il entend conserver sa couronne mondiale, Kimi Raikkonen devra avant tout se méfier de sonFerrari coéquipier Felipe Massa. Le coéquipier, lourd fardeaux à porter qui peut s’avérer utile, mais aussi parfois très encombrant. Depuis le départ à la retraite de Michael Schumacher, la Scuderia traite sur un parfait pied d’égalité ses 2 pilotes. L’année dernière, le Finlandais a eu un peu plus de chance, s’est montré plus agressif et incisif quand il le fallait, voilà ce qui lui a permis de devenir champion du monde. Felipe Massa peut légitimement se convaincre qu’il peut aussi y arriver, c’est au pilote brésilien désormais de prouver ce qu’il vaut et de montrer à ses supérieurs qu’il a l’étoffe d’un champion du monde. Raikkonen et Massa ont régulièrement dominé les essais hivernaux, ils apparaissent aujourd’hui comme les principaux favoris au titre.

Hamilton doit confirmer

Hormis son coéquipier, Raikkonen devra se méfier de Lewis Hamilton. Le prodige de McLaren avait le titre qui lui tendait les bras l’année dernière, mais la guerre au sein du clan McLaren et les affaires d’espionnage ont ruiné sa fin de saison, échouant à 1 point du titre lors de sa 1ère saison. Il veut faire mieux cette année, c’est normal. Mais attention, alors que personne ne l’attendait vraiment aux premières places en 2007 et qu’il pouvait donc évoluer sans pression, tous les regards sont désormais tournés vers lui. Saura-t-il gérer son nouveau statut ? C’est la grande inconnue. Il devra également composer avec un coéquipier – Heikki Kovalainen – avec lequel il ne devrait pas connaître les même ennuis qu’avec Fernando Alonso, mais qui ne possède pas les talents de metteur au point d’Alonso. Les McLaren auront peut-être de la peine évoluer pendant la saison.

Alonso de retour au bercail

Renault, c’est chez lui. En optant pour l’écurie française, Fernando Alonso prend un risque, celui de ne plus être aussi souvent sur la plus haute marche du podium. Mais il retrouve ses amis, les ingénieurs avec qui il a remporté 2 titres mondiaux, son père spirituel dans le monde de la F1 Flavio Briatore. Il retrouve surtout une équipe soudée autour de lui, à l’écoute, prête à tout pour retrouver les sommets. 2007 est une année à oublier pour Renault, mais le retard accumulé en une seule année est difficile à combler, Alonso en est bien conscient. Même s’il risque de se mêler plus d’une fois à la lutte pour la victoire d’une course, le championnat semble inaccessible pour « El Matador ». Mais avec lui, rien n’est impossible, il a retrouvé toute sa hargne qui peut parfois créer des petits miracles.

BMW-Sauber, Red Bull et les autres

Raikkonen, Massa, Hamilton, Alonso. On ne parle quasiment que de ces 4. Le champion du monde 2008 figure très certainement parmi eux. Pourtant, il ne faut pas oublier les autres et ils sont nombreux à prétendre à une victoire, à des podiums, aux places d’honneur.

Sauber_2008 BMW-Sauber veut poursuivre sa progression constante, après les podiums et une 2ème place au classement des constructeurs (3ème place dans la hiérarchie si l’on tient compte de McLaren, exclu du classement suite aux affaires d’espionnage), l’écurie germano-suisse vise logiquement une victoire, ce serait la première. Et compte bien s’installer dans le trio de tête des équipes. Red Bull a fait preuve d’une grande fiabilité durant les tests cet hiver, pouvoir compter sur sa mécanique, ça finit toujours pas payer. Avec l’expérience de David Coulthard et Mark Webber, les monoplace du taureau ailé seront régulièrement dans les points. Williams et Toyota ont également surpris leur monde, signant régulièrement quelques belles performances. A suivre d’un peu plus près lorsque toutes les écuries évolueront en configuration « course » sur un pied d’égalité.

2 Suisses dans le coup

Enfin n’oublions pas nos 2 Suisses présents cette année dans le monde de la F1. Romain Grosjean est pilote-essayeur chez Renault, le franco-genevois travaille dans l’ombre, prêt à saisir la moindre opportunité qui pourrait s’offrir à lui. Sébastien Buemi est pilote-essayeur chez Red Bull mais aussi et surtout 3ème pilote. En cas d’indisponibilité de l’un des titulaires, Coulthard et Webber, c’est l’Aiglon qui se retrouverait au volant de la monoplace.

De Melbourne Maïque Perez

Publié le 07 février 2008 à 09:56 dans Sports

Publié le 05 septembre 2007 à 23:38

A propos des récentes déclarations de Giuliano Bignasca, le commentaire d'Edouard Stutz.

L'instance faîtière du footall helvétique, l'ASF (Association Suisse du Football), dit ne pas vouloir réagir «pour éviter de donner trop d'échos à cette affaire».

Si telle est la vraie raison, nos pontes du foot ont bien raison. Traiter autrement que par le mépris les propos de cet homme politique serait lui faire bien trop d'honneur.

On pourrait s'égosiller: il y a trop de joueurs jouant à l'étranger (contre la Hollande, le onze de départ n'était constitué que par des joueurs évoluant à l'étranger - on compte Coltorti, bientôt à Santander, au nombre).

Nos camarades suisses alémaniques pourraient écrire qu'il y a trop de Romands (ils étaient 7 sur 11 au coup d'envoi: Von Bergen, Senderos, Magnin, Vonlanthen, Fernandes, Margairaz, NKufo!).

D'autres pourraient s'offusquer qu'il y eût trop de joueurs façonnés par Lucien Favre (ils étaient 6 sur 11: Von Bergen, Senderos, Magnin, Inler, Margairaz, NKufo / et Dzemaili, Gygax, Frei n'étaient même pas là).

On pourrait encore constater que beaucoup de joueurs étaient d'origine étrangère (8 sur 11!).

Il n'y a guère qu'au niveau de la représentation des cantons que Monsieur Bignasca pourrait être satisfait. Dans le 11 de départ, 9 cantons étaient représentés. Quoique: pas de Tessinois! Mais 3 Vaudois (Magnin, Margairaz, NKufo)! Le seul Tessinois était blessé. Et il est d'origine kosovare (Behrami, salut à toi!).

Les autres cantons ont eu droit à 1 joueur chacun: Lucerne, Bâle, Neuchâtel, Genève, Fribourg, Valais, Soleure et St-Gall. Si on tient compte des 5 remplaçants entrés en cours de partie, les deux cantons d'importance traditionnelle dans notre Confédération helvétique - Berne (Spycher) et Zurich (Cabanas) - héritent également d'un élément.

Pour le reste, procéder à cette radiographie peut surtout susciter des interprétations éminemment positives, prouvant à l'envi que notre pays sait accueillir, intégrer des citoyens du monde. Bref, que la Suisse sait se renouveler.

Tous, ils font la richesse de notre football. Et lorsqu'il s'agit de gens d'autres horizons, connus ou simples citoyens ou encore personnes donnant beaucoup à notre pays sans en revêtir la citoyenneté, c'est tout aussi vrai!

Hormis quelques personnages aux bas instincts prononcés, personne ne s'était aperçu que Gelson Fernandes était Valaisan, pas plus que je n'ai remarqué qu'il était homme de couleur. Mais nous avons vu que c'était un sacré footballeur avec un coeur gros comme ça.

Par contre, en choeur avec Brassens, on comprend, à regarder M. Bignasca, que "même les imbéciles sont nés quelque part." Et nous les tolérons aussi, car personne n'a envie de créer des fronts d'opposition qui ne feraient que l'affaire de cette catégorie-là.

TSRsport.ch/Ed.Stutz

Publié le 20 août 2007 à 15:28 dans Athlétisme

Osaka_2007_jpn_2 Du 25 août au 2 septembre auront lieu les 11es championnat su monde d’athlétisme à Osaka, au Japon. Placé une année avant les Jeux olympiques de Pékin, ces compétitions mondiales vont servir de tremplin pour toute une nouvelle génération d’athlètes.

Tyson Gay contre Asafa Powell sur 100 mètres, tel sera le premier choc de championnats du monde qui s’annoncent flamboyants. Mais pratiquement toutes les étoiles de l’athlétisme mondial seront là, à commencer par la perchiste russe Yelena Isinbayeva ou les soeurs ennemies éthiopiennes Meseret Defar et Tirunesh Dibaba, qui vont se livrer une lutte fratricide sur 5000 mètres. On ne saurait oublier l’Américain Jeremy Wariner sur 400 mètres, le Chinois Liu sur 110 mètres haies ou la reine de l’heptathlon, la Suédoise Carolina Kluft.

Côté suisse, une petite quinzaine d’athlètes seront présents. Meilleure chance, le marathonien Viktor Roethlin, qui aura toutefois fort à faire face aux Kényans et autre athlètes des hauts plateaux africains. Mais une chose est sûre, spectacle garanti durant ces 10 jours.

Jean-François Develey

A propos

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Catégories

Archives

Flux RSS