Les blogs | La chronique météo de Philippe Jeanneret

« 2010, année plus chaude que la moyenne en Suisse. Mais sans plus. | Accueil | Polémique autour des pluies artificielles »

Publié le 01 février 2011 à 18:09

MTG-03_P_CARRIL Le Conseil fédéral a donné il y a quelques jours son accord à la participation de la Suisse au programme Meteosat d'exploitation de satellites météorologiques de troisième génération. Les nouveaux satellites observeront le temps depuis l'espace à partir de 2018. D’ici à 2030, la Suisse contribuera au projet à hauteur de 107 millions de francs. Le coût total de l’opération est estimé à quelque 2,4 milliards d'euros.

La troisième génération de satellites météorologiques européens (MTG), dont la réalisation a été confiée à Thales Alenia Space, comprendra six satellites : quatre MTG-I pour l'imagerie et deux MTG-S équipés de sondeurs infrarouges. Le tout placé en orbite géostationnaire à 36'000 km de la Terre.

Les satellites MTG seront stabilisés en trois axes grâce à un ensemble de roues. Ils n'auront donc plus besoin de tourner sur eux-mêmes, comme le faisaient les satellites précédents. Une innovation qui présente certes quelques inconvénients – notamment au chapitre de la stabilisation des appareils -, mais qui permettra d’augmenter la fréquence d'observations.


Mtg1-esa Grâce à MTG-I – destiné à remplacer les satellites Meteosat de Seconde Génération (MSG) -, l'atmosphère terrestre pourra être observée toutes les 10 minutes, au lieu de 15 actuellement. Cerise sur le gâteau, l'Europe bénéficiera d’une couverture toutes les 2,5 minutes. Autre innovation, la présence d’un détecteur d'éclairs permettant de suivre les orages en temps réel. Jusqu’à présent, cette mission était assurée par des mesures terrestres, ce qui n’autorisait pas de suivi systématique sur les océans et au-dessus des grands déserts. Ces observations permettront également de mieux comprendre le cycle de vie des orages.


AERONET_Ispra.2011032.terra.1km La qualité des images sera encore améliorée. Actuellement, la résolution des satellites Météosat Seconde Génération varie entre 1 et 3 km, selon les applications. Avec MTG-I, cette résolution pourra atteindre 500 mètres, soit des performances assez proches des satellites à défilement Terra et Aqua de la Nasa, qui effectuent sur observations à environ 800 km de la Terre.

De son coté, le satellite MTG-S, fournira des images sur toute la largeur du spectre infrarouge. L’innovation est de taille, les sondeurs actuellement utilisés à bord des satellites géostationnaires ne permettent en effet d’analyser qu’une partie de ce spectre. Les informations ainsi récoltées iront directement alimenter les modèles numériques météorologiques, gros consommateurs de données. Ce qui améliora sensiblement la qualité des prévisions, notamment sur l'Europe.

Le satellite MTG-S embarquera par ailleurs à son bord le système d’observations Sentinel 4 pour le programme GMES (Global Monitoring for Environment and Security). Pour la première fois, les satellites Meteosat ne se contenteront plus de fournir des images des systèmes météorologiques, mais ils réaliseront aussi une analyse « couche par couche » de l’atmosphère ce qui permettra d’obtenir davantage d’informations sur la complexité de sa composition chimique.


Mtg en construction chez thales slenia space Tous ces instruments auraient théoriquement pu être embarqués à bord de MTG-I mais leur mise au point nécessitera encore quelques années. Afin de respecter son agenda, Eumetsat a finalement décidé de différer leur mise en service et de les installer sur un satellite séparé, le futur MTG-S. Le premier satellite MTG-I devrait être lancé à la fin de 2017, tandis que le premier MTG-S le suivra au début de 2019.


Mteosat seconde generation L'Europe dispose depuis 1977 déjà de ses propres satellites géostationnaires intitulés Meteosat. Les satellites de deuxième génération actuellement en service seront remplacés à partir de 2018 par des satellites de troisième génération qui seront chargés des observations météorologiques jusqu'aux années 2030.

Après, ce sera une autre histoire…

Philippe Jeanneret avec le concours d’Igor Giunta de Météosuisse

Commentaires

Bonjour,et qu'en est il des fameux chemtrails,info ou intox?,Pour avoir observé longuement le ciel lors de mes différentes activités(instructeur vol libre,berger ),il semble que ce phénomène prend de l'ampleur:ciel de plus en plus parcouru par ces trainées qui n'en finissent pas de s'étaler...il y aurait t'il des velléités d'apprenti sorcier a lutter contre le changement climatique?une video qui porte a réflexion http://cequevousdevezsavoir.wordpress.com/2011/01/15/what-in-the-world-are-they-spraying-vostfr-le-film-sur-les-chemtrails/

Rédigé par : alchi | 11 fév 2011 16:33:42

Bonjour Alchi,

Il y malheureusement beaucoup d'intox au sujet des chemtrail. Mais l'OMM a publié un rapport intéressant à ce sujet.
Voir: http://www.wmo.int/pages/prog/arep/wwrp/new/documents/WMR_documents.final_27_April_1.FINAL.pdf


Bonne journée

Rédigé par : Philippe Jeanneret | 12 fév 2011 12:13:22

Bonjour,

Avez-vous au moins vu le documentaire "What in the world are they spraying" ?

Et si oui où est l'intox ?

Rédigé par : Ducamass | 17 juil 2012 23:53:46

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos

Chaque jeudi (au minimum) à 20h sur RTS Un, l'équipe météo commente une photo envoyée par les internautes. N'hésitez pas à nous envoyer des clichés de phénomènes météorologiques dont vous êtes les témoins.
Philippe Jeanneret

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Catégories

Archives

Flux RSS