Les blogs | La chronique météo de Philippe Jeanneret

« La chance au rendez-vous | Accueil | Comme les pros »

Publié le 09 mars 2010 à 19:13

Swisstxt20100309_11870674_3 Certes, la bise est toujours fidèle au salon de l’Auto mais cette année les vents ont été particulièrement forts: entre le 7 et le 9 mars, Météosuisse a mesuré des rafales à 90 km/h à Genève, 96 km/h à Changins et même 132,5 km/h à la Dôle. Quels sont les ingrédients d’une telle situation? Explications.


La bise se forme généralement entre un anticyclone centré sur les îles britanniques et une dépression sur le golfe de Gênes. Si la force du vent est essentiellement déterminée par les différences de pressions qui s’exercent entre ces deux centres, d’autres facteurs peuvent jouer un rôle:

L’établissement de la bise dépend également de l’arrivée d’air froid sur le Plateau. Lorsque les courants de Nord-est amènent de l’air chaud – donc plus léger – en altitude, la bise a de la peine à se poser dans les basses couches de l’atmosphère. Situation qui se rencontre plutôt en période estivale…


Sat pression au sol jet stream 9 mars 2010 L’orientation des courants en altitude sera tout aussi déterminante: lorsque ces derniers prennent la même direction aux différents étages de l’atmosphère, la bise sera plus forte en plaine. Phénomène dit d’alignement qui s’est justement manifesté entre le 8 et le 9 mars, les vents ayant une orientation au Nord-est jusqu’à environ 11'000 mètres.



Jet stream Autre facteur, la position actuelle du Jet Stream polaire: situé à des latitudes basses, ce dernier favorise le passage des dépressions sur le Nord de la Méditerranée. Sans parler de l’air froid qui circule sur son flanc gauche, et qui est propice à l’établissement de la bise.


Pour calculer la force de la bise, Météosuisse a mis au point une petite recette: comptez le nombre d’isobares entre Gênes et Amsterdam et ajoutez deux pour obtenir la force du vent en unité beaufort. Précision utile, il faudra retrancher une force en cas de couverture nuageuse sur le Plateau ou autour du bassin lémanique car la bise a besoin d’un bon ensoleillement pour exprimer tout son potentiel.


Eur 9 mars 12h utc Pour la journée du 9 mars, les cartes au sol montrent 6 isobares entre Gênes et Amsterdam. Ajoutez deux à ce chiffre (l’ensoleillement était assez généreux sur l’ouest de la Suisse) et vous obtenez un magnifique 8 sur l’échelle de beaufort, soit des vents entre 62 et 74 km/h. Une valeur qui, correspond - de manière globale - à ce qui a été mesuré sur l’Ouest du Plateau ou autour du bassin lémanique.


Une autre règle précise que lorsque le vent est de secteur Est à 1500 mètres, la bise sera plus forte sur la région des 3 lacs. Avec une orientation Nord-est, c’est autour du bassin lémanique que les vents seront les plus soutenus. Ce constat est valable mais il ne faut pas forcément se référer à la force des vents à la station de la Dôle, les mesures étant parfois biaisées par les effets de sol. Pour vérifier ces valeurs, il vaut mieux se référer au sondages effectués deux fois par jour à la station de Payerne.


La force exceptionnelle des vents mesurés entre le 8 et le 9 mars s’explique donc par le cumul de tous ces facteurs. Ajoutez à cela des sensations thermiques avoisinant les -10 à -15 degrés et vous comprendrez pourquoi ce n'était pas un temps à mettre le nez dehors…

Philippe Jeanneret avec le concours de Daniel Cattani et de Pascal Balestra de Meteosuisse.

Commentaires

Mais en voilà une chronique décoiffante !

Rédigé par : fatus | 12 mar 2010 08:59:52

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos

Chaque jeudi (au minimum) à 20h sur RTS Un, l'équipe météo commente une photo envoyée par les internautes. N'hésitez pas à nous envoyer des clichés de phénomènes météorologiques dont vous êtes les témoins.
Philippe Jeanneret

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Catégories

Archives

Flux RSS