Les blogs | Le carnet de route d'Yves Magat

« Couper la Libye en deux? | Accueil | La page spéciale à propos de la Libye au 19:30 »

Publié le 17 avril 2011 à 01:31 dans Libye

Entre Ajdabiya et Brega, Libye. Massouad chante la guerre et la liberté pour une Libye débarrassée de Kadhafi. Quand nous allons le chercher chez lui à Benghazi, il a juste le temps d'embarquer quatre roquettes, deux bombes artisanales, sa kalach avec des chargeurs et... sa guitare.

Depuis l'insurrection du 17 février, cet homme discret de 38 ans a fermé son restaurant et son "car wash". Il est devenu un combattant volontaire qui se rend régulièrement sur le front. "A chaque fois que je pars, ma femme enceinte pleure. Mais je lui explique que je dois y aller: c'est pour que le bébé naisse dans un pays libre !", nous explique-t-il dans la voiture qui nous emène au-delà d'Ajdabiya, sur la route des combats de Brega.

Fighter Un danger pour toute la planète
Arrivé au premier check point, encore à 50 km du front, nous sortons du véhicule et Massouad entamme quelques unes de ses chanson: une voix rauque, douce et forte en même temps. Les combattants et les badauds l'entourent et chantent avec lui. Il est connu ici: c'est le "chanteur-combattant". Un imam s'approche de lui et récite des prières sur sa musique. A la fin d'une chanson, un combattant décharge son arme vers le ciel pour applaudir... "Je ne combats pas seulement pour la Libye, nous explique Massouad, mais pour le monde entier car Kadhafi est un danger pour toute la planète."

Comme tous les combattants que nous rencontrons ici, il remercie la France pour son appui décisif à l'engagement militaire international contre l'armée du dictateur. Un voile passe rapidement sur ses yeux quand j'évoque les quelques bavures de la coalition internationale qui ont tué des combattants de l'opposition: "Je veux croire que c'est une erreur et que la France est toujours notre alliée."

Ghosttown Ville fantôme
Retour ensuite vers Ajdabiya: une vraie ville fantôme. Il ne reste plus un seul de ses 130'000 habitants. Tous ont fui lors des combats du début avril. Plusieurs maisons endommagées, une atmosphère sinistre de fin du monde. Massouad est nerveux et arme sa kalachnikov: "On dit qu'il reste des snipers de Kadhafi cachés dans des maisons."

Le seul endroit de la ville qui est animé en permanence est l'hôpital. J'apprends une mauvaise nouvelle en arrivant. Le médecin américano-libyen Rida Mazagri que j'avais interviewé ici il y a un mois est en prison à Tripoli. Il a été arrêté lors de l'offensive militaire et emené vers Syrte puis dans une prison de la capitale libyenne. On n'a plus de nouvelles de lui.

Nous interviewons ensuite un blessé et soudain, un chaos s'empare des lieux. Plusieurs ambulances arrivent, sirènes hurlantes. Une douzaine de combattants ont été gravement blessés sur le front. Certains ont été touchés par des missiles GRAD de l'ennemi, d'autres, les cas les plus graves, ont été brûlés pour avoir mal manipulé leurs propres missiles.

Blesse Un hôpital de cauchemar
L'hôpital est vite submergé. Un blessé expire sous nos yeux, couché à l'arrière d'un pick-up: on rabat une couverture sur son visage, salve de kalachnikov, cris de "Allah Akbar", l'excitation est à son comble car d'autres ambulances arrivent. Je donne même un coup de main pour pousser un brancard... On laisse entrer dans la salle d'opération le caméraman Claude Pellaud. Elle est bondée. Un autre blessé meurt devant lui. Un grand brûlé hurle "Allah Akbar". On apprend quelques minutes plus tard qu'il est décédé à son tour.

Shahid L'enterrement du shahid
La veille, nous avions suivi l'enterrement d'un "shahid" (martyr tué au combat) dans un cimetière de Benghazi après la prière du vendredi. Ses proches étaient effondrés. "Ce n'est qu'une question de temps, nous dit dans un excellent anglais entrecoupé de sanglots son neveu, il faut tenir le coup jusqu'à ce que cet homme mauvais disparaisse à tout jamais !" C'est con la guerre...

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos


> Retrouvez aussi @yvesmagat sur twitter

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Catégories

Archives

Flux RSS