Les blogs | Le blog des correspondants

« Cogneurs de Munich: 7 ans ferme pour le principal accusé | Accueil | Le canardeur canardé »

Publié le 26 novembre 2010 à 16:07 dans Paris

Ca lui brule la langue, mais il n'a lâché aucun nom. Après 5 heures d'audition dans le bureau du juge Van Ruymbeke, Dominique de Villepin a tourné autour du pot des rétrocommissions. Il a évoqué une "conviction très forte que les contrats (de vente de sous-marin au Pakistan) avaient donné lieu à des rétrocommissions au bénéfice des balladuriens". C'est mis entre guillemets, mais ce n'est pas lui qui l'a dit. C'est l'avocat des parties civiles Olivier Morice, présent lors de cette audition, qui explicite les propos de celui qui était secrétaire général de l'Elysée au moment où Jacques Chirac avait décidé de bloquer le versement des commissions. Selon l'avocat, il aurait même réfléchi plus de 10 minutes avant de répondre à une question du juge! C'est dire si dans cette histoire, on marche sur des oeufs, parce que plâne aussi la responsabilité des chiraquiens d'avoir indirectement provoqué l'attentat en réprésailles du blocage des commissions. Mais sur ce point-là, Dominique de Villepin a été très clair: pas coupable.

 

 

Jean-Philippe Schaller, à Paris

TrackBacks

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451b69769e20134898838c9970c

Liste des trackbacks de Villepin entre rétropédalage et rétrocommissions:

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos

> Choisissez sur la carte le pays qui vous intéresse
Les correspondants de la RTS à travers la planète tiennent journal

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      

Catégories

Archives

Flux RSS